IMAGE DU MOIS

Economie

L'économie Gabonaise, relativement florissante au regard de celle du reste du continent, reste très dépendante des ressources minières temporaires qui entrent pour plus de 45% (dont 39% pour le pétrole) dans la formation du PNB. Le Gabon apparaît donc comme un pays riche sans que, pour autant, son économie soit celle d'un pays développé. Les variations des cours du pétrole (chute du prix du baril à partir de 1986) ainsi que celles du dollar maintiennent une situation économique difficile dans le pays. La dévaluation du Franc CFA de 1994 n'a guère arrangé les choses, les prix des produits importés ayant dès lors doublé. (1 FF = 100 CFA). De nombreux problèmes touchent le pays, tels que l'augmentation du chomage, les détournements de fonds publics et la corruption.L'intervention du FMI ne semble toujours pas donner de résultats sur le niveau de vie des Gabonais : malgré la réduction des dépenses publiques et les privatisations, le développement du pays n'avance guère. 

Données Brutes :PNB/habitant = 3850 $ (1995)  et PIB (1994) = 3.6 milliards de dollars (75 ° rang mondial)
Dette extérieure : 4.03 milliards $ (1995)
Endettement/habitant > 3500$
Indice de développement Humain : 0.447 (France 0.93)
Exportations :6,4 milliards de FF dont pétrole et dérivés (5,17) bois (0.506) manganèse (0.477) uranium (0.133)
Importations: 2.33 milliards de FF dont machines(0.664) alimentation(0.46) métaux(0.323) transport(0.3045) produits manufacturés(0.274)

Mines et Pétrole :
Ce secteur n'occupait en 1994 qu'environ 10% de la population active mais participait à plus de 45% au PIB.Au 31ème rang mondial des producteurs de pétrole, le Gabon a été pendant longtemps la vache grasse de la société française ELF. Les gisements côtiers et offshores ont permis une production de plus de 17 millions de tonnes en 1995. Le Gabon est aussi le troisième producteur mondial de manganèse (1/4 réserves mondiales ) avec le gisement de Moanda, les réserves d'uranium se montent à environ 40.000 tonnes (13 ° rang mondial), celles de phosphate sont abondantes, celles de fer, d'extraction difficile atteignent quand à elles 850 millions de tonnes. On trouve aussi de l'or (80 Kg en 1993) et des diamants.

Industrie :
Le secteur industriel reste sous-développé : 11 % population => 10% PNB .Il concerne surtout le raffinage du pétrole, la transformation du bois et l'agro-alimentaire. (sucreries, raffineries, boissons, tabac, ciment, chimie, papier)
Quand à la production énergétique, elle atteint environ 940 millions de KW/h chaque année, la majeure partie provenant des barrages hydroélectriques nombreux dans le pays.

Agriculture/pêche :
Ocuupant encore 48 % de la population active, mais ne contribuait que pour 9% au PIB, l'agriculture n'arrive pas à compenser la demande intérieure.Il s'agit essentiellement d'une agriculture de subsistance, les excédants des villageois étant revendus sur les marchés. Du coup 85 % des produits alimentaires courants sont importés.

Données Brutes :
manioc : 200.000 tonnes    banane plantain : 246.000 tonnes     canne à sucre : 220.000 tonnes 
ignames : 110.000 tonnes   café : 1.000 tonnes     cacao : 2.000 tonnes
Elevage (1994)
volailles : 3000.000 têtes    porcs : 165.000 têtes    moutons : 170.000 têtes    chèvres : 83.000 têtes     bovins : 38.000 têtes
déficit en viande
pêche : 24400 tonnes

Industrie :
Le secteur industriel reste sous-développé : 11 % population => 10% PNB .Il concerne surtout le raffinage du pétrole, la transformation du bois et l'agro-alimentaire. (sucreries, raffineries, boissons, tabac, ciment, chimie, papier)
Quand à la production énergétique, elle atteint environ 940 millions de KW/h chaque année, la majeure partie provenant des barrages hydroélectriques nombreux dans le pays.

Agriculture/pêche :
Ocuupant encore 48 % de la population active, mais ne contribuait que pour 9% au PIB, l'agriculture n'arrive pas à compenser la demande intérieure.Il s'agit essentiellement d'une agriculture de subsistance, les excédants des villageois étant revendus sur les marchés. Du coup 85 % des produits alimentaires courants sont importés.

Association pour la Valorisation des Potentialités Culturelles, Economiques et Touristiques du Gabon

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site